Il y a toutes sortes d’événements naturels que la plupart d’entre nous tiennent pour acquis ou qui passent inaperçus, et les phases de la lune en constante évolution sont sur cette liste. La pleine lune de septembre est la pleine lune que beaucoup d’entre nous connaissent sous un nom spécifique: septembre nous apporte la lune de la récolte. Ce nom est évident, bien qu’il ne soit désormais plus significatif que pour ceux qui vivent encore une vie liée à l’agriculture, mais en fait, chacune des 12 lunes pleines a son propre nom (ou noms). Tous sont liés au monde naturel et, à ce titre, beaucoup d’entre eux sont aussi associés à des animaux.

Janvier nous apporte la Lune du Loup qui évoque bien sûr l’image de ces glorieux chiens sauvages se tenant à l’horizon, rétro-éclairés par la sphère lumineuse par une nuit sombre, leurs beaux museaux élevés avec leurs gueules grandes ouvertes annonçant leur présence à tous par leur hurlement. La pleine lune de février est la lune de la faim, en raison de la rareté des cultures indigènes alimentaires rencontrées en plein hiver. Mars est la lune du ver, célébrant le début du dégel à la fin du mois, un réchauffement du sol qui permet aux vers de terre de faire surface, d’aérer le sol et de fournir de la nourriture au début du cycle de vie du printemps. La lune rose d’avril honore les fleurs roses (en particulier le phlox) qui fleurissent ce mois-ci, suivies de la lune fleurie de mai et de la lune fraise de juin.

Juillet est la lune du mâle, du nom des nouveaux bois qui émergent sur le front des cerfs mâles. La lune d’esturgeon du mois d’août (également la lune des fruits et la lune de l’orge) provient de l’explosion de ces poissons dans les lacs de la nation algonquine. La lune de récolte de septembre (également la lune de maïs) est suivie de la lune de chasseur d’octobre (également la lune de l’herbe mourante) ainsi nommée par les autochtones de l’hémisphère nord qui ont passé ce mois à chasser, à massacrer et à conserver la viande pour survivre à l’hiver à venir. La lune de castor de novembre, selon des sources folkloriques, est nommé ainsi parce que c’est le moment où ces animaux sont particulièrement occupés à se préparer au froid à venir, et enfin la pleine lune de décembre (il y a quelques nuits seulement) est la longue nuit ou la lune froide.